VOTE | 304 fans

Chicago Police Department
#102 : La Méthode Voight 2/2

Après avoir arrêté le suspect du cartel Colombien, l’équipe apprend que le fils d’Antonio, Diego a été enlevé. Les ravisseurs demandent la libération de leur chef qui est en prison. Toute l’équipe est mobilisée pour retrouver Diego quitte à utiliser les méthodes douteuses de Voight...

Popularité


4.64 - 11 votes

Titre VO
Wrong Side of the Bars

Titre VF
La Méthode Voight 2/2

Première diffusion
15.01.2014

Première diffusion en France
14.01.2015

Vidéos

vidéo promo cpd 1x02

vidéo promo cpd 1x02

  

Promo VOSTFR 1x02

Promo VOSTFR 1x02

  

Photos promo

Diego (Zach Garcia) est pris en otage

Diego (Zach Garcia) est pris en otage

Antonio (Jon Seda) montre une photo à Jasmine (Heidi Johanningmeier)

Antonio (Jon Seda) montre une photo à Jasmine (Heidi Johanningmeier)

Erin Lindsay (Sophia Bush) a vu quelque chose de déplaisant...

Erin Lindsay (Sophia Bush) a vu quelque chose de déplaisant...

Antonio (Jon Seda), Hank (Jason Beghe) et Jay (Jesse Lee Soffer) en pleine action

Antonio (Jon Seda), Hank (Jason Beghe) et Jay (Jesse Lee Soffer) en pleine action

Le jeune policier Adam Ruzek (Patrick J. Flueger) en pleine réflexion

Le jeune policier Adam Ruzek (Patrick J. Flueger) en pleine réflexion

Jay, Erin et Hank soutiennent Antonio qui arrête un suspect

Jay, Erin et Hank soutiennent Antonio qui arrête un suspect

Jay Halstead (Jesse Lee Soffer) est prêt pour l'offensive

Jay Halstead (Jesse Lee Soffer) est prêt pour l'offensive

Antonio Dawson (Jon Seda) et son indic Jasmine (Heidi Johanningmeier)

Antonio Dawson (Jon Seda) et son indic Jasmine (Heidi Johanningmeier)

Wendy (Emily Peterson) attend le retour de son fiancé Adam

Wendy (Emily Peterson) attend le retour de son fiancé Adam

Relation père-fille entre Hank (Jason Beghe) et Erin (Sophia Bush)

Relation père-fille entre Hank (Jason Beghe) et Erin (Sophia Bush)

Diego (Zach Garcia) dans les bras de son père (Jon Seda), au côté d'Erin (Sophia Bush)

Diego (Zach Garcia) dans les bras de son père (Jon Seda), au côté d'Erin (Sophia Bush)

Le malfrat Ernesto tente de s'échapper !

Le malfrat Ernesto tente de s'échapper !

Diffusions

Logo de la chaîne NT1

France (redif)
Mercredi 15.03.2017 à 21:40

Logo de la chaîne TF1

France (inédit)
Mercredi 14.01.2015 à 21:40
4.04m / 17.6% (Part)

Logo de la chaîne NBC

Etats-Unis (inédit)
Mercredi 15.01.2014 à 22:00
5.50m / 1.5% (18-49)

Plus de détails

Scénario : Michael Brandt et Derek Haas  
Réalisation : Joe Chappelle

Guest Starring

  • Arturo Del Puerto (Pulpo)
  • Monica Raymund (Gabriela Dawson)
  • Kurt Naebig (Lieutenant Bruce Belden)
  • Zach Garcia (Diego Dawson)
  • Heidi Johanningmeier (Jasmine)
  • Maya Moravec (Eva Dawson)

Antonio rejoint sa femme et découvre que les ravisseurs lui donnent un ultimatum: libérer Pulpo à minuit ou son fils Diego meurt.

Au même moment, Lindsay se rend chez Willhite pour annoncer à son mari que sa femme est morte en service.

L'unité trouve une option, « la meilleure de leurs mauvaises options ». Ils vont traquer un ancien dealer qui faisait équipe avec Pulpo, nommé Ernesto Milpas. L’équipe se rend à sa seule adresse connue, qui date de plus d’un an.  Lorsqu’il se montre, Ruzek qui était en planque se fait remarquer et Ernesto le piège. Vient ensuite un combat avec Lindsay. Celui-ci parvient à échapper à l’unité. Antonio est furieux ! Jin contact l’équipe suite à la réception d’une vidéo montrant Diego attaché à une chaise. La pression monte pour Antonio et celui-ci demande à Voight s’ils ne peuvent pas accepter le deal de Pulpo.

L’enquête continue et Antonio contact une de ses indic les plus fiables : Janice. Après quelques recherches, elle découvre qu’Ernesto se trouve dans un hôtel miteux avec des colombiens.

Un fois sur place, l’unité découvre les lieux vides mais des indices montrent que la vidéo à bien été tournée ici. Ernesto apparaît dans le couloir. Après une poursuite rapide, ils le coincent dans une ruelle. Voight donne un couteau à Antonio. Il est à deux doigts de torturer Ernesto mais change d’avis à la dernière minute.

De retour au District, Ernesto refuse de répondre aux questions sans la présence de son avocat. Antonio devient fou et retrouve sa femme dans les vestiaires. Elle choisit de s’adresser à lui comme la mère de Diego et non comme sa femme. Elle lui dit qu’elle sait quel flic et quel homme il est mais qu’il doit faire tout son possible pour retrouver son fils, quitte à utiliser les méthodes de Voight.

Quelques minutes plus tard, Voight attache les mains d’Ernesto dans la cellule et Antonio arrive. Il décide de le frapper à l’aide de chaînes, pour imiter un poing américain. Ernesto donne finalement un nom : Mateo. Jin repère le téléphone à la gare Union.

Une fois sur place, Antonio retrouve le portable dans la poubelle. Au même moment, Lindsay aperçoit Diego et Mateo monter dans un bus pour Indianapolis.

Contre les ordres de Voight, elle les suit et monte dans le bus et prévient l’équipe que Diego indemne. L'équipe contact le chauffeur du bus et lui demande de simuler une panne de moteur et s’arrête sur le bas-côté de la route. A ce moment-là, un nouveau bus arrive avec à son bord Olinsky et Ruzek sous couverture. Tout se passe comme prévu jusqu’à que Mateo découvre qu’il se passe quelque chose de bizarre. Il sort son arme et Lindsay fait de même. Ils sont dans une impasse et à cause de la position du bus, Halstead n’a aucune visibilité pour tirer sur Mateo.

Ruzek a alors une idée, il court vers l’autre bus et décide de foncer dessus, en prévenant Lindsay avant. La collision envoie Mateo au sol et Diego dans les bras de Lindsay. Mateo se relève et s’apprête à tirer mais Antonio arrive à ce moment-là et lui tire dessus, le tuant sur le coup.

Le lendemain, l'équipe se rendra à l’enterrement de leur collègue, le détective Julie Willhite. Cet événement - couplée avec l'extraction de Diego – donne du crédit à Voight, et le commandant du district 21 admet que l’équipe de Voight est efficace.

Plus tard, à la périphérie de la ville, Voight rencontre avec une femme des affaires internes, livide à sa récente sur son inaction fournissant des poids lourds dans la ville. Ils ont un accord - il agit comme un pipeline pour les criminels haut de gamme, et elle le maintient.

 

Dans la rue.

Policier : Mitchell laisse le passé, laisse le entré.

Dans la boulangerie.

Antonio : LAURA !
Laura : Antonio... Antonio... Notre bébé. Il doit avoir si peur.
Antonio : Je vais te le ramener.
Laura : Tu vas le ramener. Tu dois le ramener.

Antonio : Qu'est-ce qu'on a ?
Voight : Y a pas de caméra dans l'allée. On passe en revue les vidéos de toutes les caméras des rues perpendiculaires.
Antonio : Et les voisins ?
Voight : Une dame a vu une camionnette blanche, mais ni le chauffeur, ni la plaque, ni rien. Les enquêteurs se démènent, des unités quadrillent la zone, ils interrogent les habitants, repèrent les caméras, quelqu'un épluche déjà les bandes.
Antonio : On a une caméra de surveillance devant, mais rien dans l'allée.
Voight : Je sais.

Un homme crie en parlant espagnol.

Voight : Laisser le passer, laisser le passer !
Policier : Allez y.

L'homme tend une lettre à Antonio :

Pulpo sera libre à minuit, où ton fils mourra.

Dans une cellule.

Antonio : Où est mon fils ?
Pulpo : Euuh... Je sais qu'il est pas là. Mais à part ça...
Antonio : Fait en sorte que j'ai pas à te le redemander.
Pulpo : Aaah, si, si si si, j'ai entendu parler de ces choses chez moi à Bogotá. Oui, votre fils a été kidnappé, c'est ça ? Hum oui, oui j'ai lu que la plupart des fois, la plupart des fois où les ravisseurs ont obtenu ce qu'il voulait, dans ce cas-là, la femme ou le fils on était rendus sans la moindre égratignure à leurs familles.

Antonio frappe les barreaux.

Pulpo : Vous devriez peut-être leurs donnés satisfactions Antonio. Même s'ils demandent beaucoup. Enfin si vous vouliez revoir Diego vivant. Hum.

Chez la famille Willhite.

Amy : Bonjour Erin.
Erin : Amy, Liam salut les enfants. Votre père est la ?
Amy : PAPA, vient. C'est Erin.
Alec : Oui ?  
Erin : Alec... Euh.
Alec : Hey les enfants allez jouer d'accord ?  
Les enfants : D'accord. On va jouer.
Erin : Julie...

Alec pleure.

Erin : Je suis désolée...

Au district.

Voight : Ils ont enlevé le fils d'Antonio. C'est exactement comme s'ils avaient enlevé le mien. On a plus qu'un seul objectif ramener Diego. Rien d'autre !  
Jay : Patron ? Bon tout a commencé avec la décapitation de Rev et de Coop, les deux faisaient grosso modo le même boulot pour Pulpo. De la moyenne distribution, d'accord ? Or, Pulpo fait le nettoyage par le vide, et quand on se débarrasse des vieux meubles faut bien les remplaçaient. C'est lui qui est sorti du chapeau, Ernesto Milpas il gérait 15 rues entre la 22 ème et Kedzie quand les stups l'on coinçait y a 4 ans
Antonio : Ouais, ouais ouais, on était de la partie avec Julie.
Jay : On l'a libéré l'année dernière.
Antonio : C'était un ambitieux.
Erin : Il cherche peut-être une promo.
Jay : C'est la meilleure piste jusqu'à présent.
Voight : Qu'est ce qu'on a sur lui maintenant ?
Jay : Une vielle adresse qui date de sa sortie.

Dans les vestiaires.

Adam : Olinsky ? Olinsky ?
Alvin : Ouais ?
Adam : Eh, on y va vieux, je meurs d'envie de m'offrir cet empaffé.
Alvin : D'abord faut s'habiller.
Adam : Choissisez pour moi.
Alvin : Bon, écoute notre travail sur ce coup là...
Adam : Celle là ?
Alvin : C'est d'abord de faire du repérage, et si besoin fillait un coup de main. Celle là.
Adam : Bien compris.

Téléphone qui sonne : Wendy.

Alvin : Ta fiancée ?
Adam : Ouais.
Alvin : Tu lui as parlé ?
Adam : Non, pas encore.
Alvin : Elle sait pas ce que tu fait ?
Adam : La vache vous vous lavez jamais les dents ?
Alvin : On joue les sans-abri j'te rappel.
Adam : Non, ça c'est une excuse pourrie.

A l'acceuil du district.

Platt : Alors... vous les enfants vous avez la 118.
Policiers : Oui. Ok. Merci chef.
Burgess et Atwater : Salut ça va ?
Policiers : Salut, bonne journée.
Platt : Atwater et Burgess, voiture numéro 452.
Policiers : La 452 ? Ahah.
Burgess : Quoi ?
Voight : Vous deux de corvée avec nous.
Burgess : A vos ordres.
Voight : On y va.

Chef Perry : Dawson ? Écoutez, quoi que que vous fassiez vous avez mon soutient.
Antonio : Merci commandant.

Chef Perry : On doit parler. Alors ? Qu'est ce qui se passe ?
Belden : Il m'a pratiquement accusé d'être responsable de la mort de Willhite devant tout le personnel.
Voight : Non pas pratiquement.
Belden : Vous êtes vraiment à coté de la plaque mon pauvre Voight.
Voight : Alors ça en dit long sur vos compétences de flic comme mes fidèles postes que vous espériez.
Chef Perry : Ca va ça suffit, Belden allez faire un tour. Hank, j'espère ne pas vous choquer mais y a pas mal de gens qui pensent que vous n'avait rien à faire parmi nous.
Voight :  Bon et alors ?
Chef Perry : Si on fait le bilan, vous avez une collègue morte et un kidnapping d'enfant à votre actif, votre affectation va être de courte durée, si vous n'aversez pas les choses.

Dans le parking.

Burgess : 452 ?
Atwater : Ouais.
Burgess : On y est.
Atwater : Aah (odeur) c'est quoi ?
Burgess : Aah... Ta fait quoi à Platt ?
Atwater : J'ai rien fait à Platt. Toi tu lui as fait quoi ?
Burgess : Ta bien du lui faire quelque chose, non ?
Atwater : J'te préviens Burgess, fait gaffe à ce que dit j'ai un detecteur de mensonges.
Burgess : Ca va, d'accord, j'lai traitée d'enmerdeuse.
Atwater : Non, sérieux ?
Burgess : Elle m'a fait cavaler pour récupérer la vulgaire chevalière de son cousin et ensuite... Excuse moi. Quelquefois mon mauvais caractère m'empêche de communiquer.

Dans la voiture d'Erin.

Erin : Je sais pas comment Antonio arrive à tenir le coup. Si mon enfant avait été enlever j'aurais perdu la tête. Je croyais que les flics commandés par Voight étaient invinsibles, et Julie est morte... J'lui tenais la main... Quand t'était soldat tu faisais comment pour gérer ?
Jay : En général, on se vengeaient sur des pauvres types.  

Dans la voiture de Voight.

Antonio : Allez montres-toi, sort, sort sort.

En dehors de l'entrepôt.

Adam : C'est pas vrai. Vous vous prenez pour un ninja ? J'ai eu peur faut prévenir quand vous faites du bruit.
Alvin : Ca bouge ?
Adam : Non.
Alvin : Du fric ?
Adam : C'est une blague ?
Alvin : Aboule. Magne toi.
Adam :  Ok, j'ai qu'un billet de 20 dollars et il s'appel "revient".

Téléphone sonne : Wendy.

Alvin : Elle va croire que tu la trompes.
Adam : Non, je lui ai dit qu'on m'avait sorti de l'école pour faire de la paprasserie dans la tour d'ivoire.
Alvin : Ah , c'est pas malin.
Adam : Hum, ça évite qu'elle s'inquiète.
Alvin : Arrête ça tout de suite. Épargne toi une vie de malheur et de désespoir.
Adam : Vous voulez bien vous trouvez une autre poubelle ?

Ernesto Milpas apparaît.

Dans la voiture de Voight.

Antonio : C'est lui.
Voight : Voila notre copain. Mais qu'est-ce qui fou Ruzek ?

En dehors de l'entrepôt.

 Adam : Halt !

Dans la voiture de Voight.

Voight : A toute l'unité, on y va !

En dehors de l'entrepôt.

Adam : Halt !

Dans l'entrepôt.

Erin : Le suspect est à pied et sort de l'entrepôt côté sud-ouest.

Alvin : Je sors. Il s'est barré.

Sur le pont.

Erin : Aaarght.
Voight : Eh ça va petit ?
Erin : Oui ça va j'me suis fais avoir mais ça va aller.
Voight : Attend ta rien à te reprochée.
Antonio : Il n'y a aucune trace de Diego, aucune trace de son passage ! On l'avait à porté de main ! POURQUOI TA FAIT CA ?
Voight : Doucement !
Adam : J'ai voulu le courser.
Antonio : INITIATIVE DE MERDE !
Voight : Calme toi ! Calme toi j'te dit !
Antonio : SANS OUBLIER L'AUTRE P*** QUI C'EST LAISSER SURPRENDRE !
Erin : Et toi tu !
Radio : Lieutenant Dawson, ici Burgess on a quelque chose à vous montrer.
Voight : On y va. Allez vient.

Dans l'entrepôt.

Antonio : On a quelque chose ?

Parole en espagnol.

Voight :  Traduction ?
Erin : Ne crie pas sinon on te coupe la langue.

Vidéo (Diego) : Papa ! Ils ont dit qu'ils allaient me tuer ! Papa ! Hum ! Hum !

Jay : Et regardez le mur derrière c'est pas ici.

Bureau de Voight.

Voight : La liste des passagers arrivait par les mêmes vols que les Colombiens, demandez la à la sécurité national. Si des membres de la bande sont arrivés avec Pulpo on les retrouvera.
Antonio : Je sais que c'est contraire aux valeurs qu'on défend... On devrait envisager de faire l'échange, leurs donnés Pulpo contre Diego.
Voight : Antonio...  
Antonio : C'est mon fils Voight ! Acceptons le marché.
Voight : Les négos ça marchent jamais. Ils me donneront pas le feu vert.
Antonio : Dit moi je suis censé croire lequel de ces prétextes bidons ?
Voight : On a un peu de temps.

Au sous-sol.

Voight : Bon examinez ces dossiers un par un pour trouver des données croisées avec Pulpo ou Ernesto. Ça c'est les miens.
Jin : Oui, alors n'oubliez pas les dossiers à étiquette rouge sont ceux d'anciens indics d'accord ? et vous en... et non, non non non non, cela vont pas sur cette pile ! ils faut bien les séparés sinon tu va tout mélangés !  Tu va...
Voight : Jin !
Jin : J't'aurai prévenu !
Voight : Jin !
Jin : Oui ?
Voight : Fait nous un point sur la vidéo.
Jin : Alors, ça a été filmé hier soir, on entend d'autres voix dans le fond sur la bande-son, on pourrait en déduire qu'on est dans un lieux public, arrière-salle d'un bar ou peut être un motel, franchement  y a pas grand chose à en tirer.
Voight : Merci. Halstead, Lindsay venez avec moi. Au cas où on envisagerait un échange, vous allez me faire un repérage dans ses endroits, champs de visions, plans de sniper, la totale.
Jay : Vous envisagez de négocier ?
Voight : Fait ce que je demande.
Jay : Ca marche.

Alvin : Hey Voight.
Voight : Hum ?
Alvin : Je me suis planté avec Ruzek.
Voight : Ah c'est clair c'est pas le fils de son père.
Alvin : Ouais, c'est mon instinct qui qu'a parlé. Et je me suis planté. J'vais le ramener à l'école.
Voight : Ton instinct à toujours eu plus de jugeote que toi Alvin.

Adam : J'te donne une pile. Tiens. Écoute Antonio je voudrais m'excuser ...
Antonio : Laisse tomber. Attends qu'on récupère mon fils.
Adam : Bien sur. C'est quoi ton secret mec ?
Antonio : Pour ?
Adam : Pour avoir autant d'indics.
Antonio : Ne jamais les faire témoigner et ne jamais leur mentir.
Alvin : Quelquefois il vaut mieux flinguer une affaire, pour protéger un informateur.
Antonio : Parce qu'au moment où on en a vraiment besoin, ils sont la pour toi.

Dans le métro.

Jasmine : Salut, j'ai été surprise pas votre texto.
Antonio : C'est gentil de répondre si vite.
Jasmine : Ça va pas ?
Antonio : La routine. Regardes. Tu te souviens d'Ernesto ? Il a été pris quant on a fait la descente au bordel sur la 26e et Sawyer, t'y travaillée.
Jasmine : Ouais je me souviens de lui, son genre c'était les brunes aux cheveux ondulés
Antonio : Ils l'ont libéré de prison, j'veux savoir s'il a demandé des filles ces deux dernières semaines mais surtout j'ai besoin de savoir où il peut crécher.
Jasmine : D'accord j'me renseigne.
Antonio : Tu vas le faire ?
Jasmine : Oui, euh... est-ce que vous... vous savez ?
Antonio : Ouais, ouais.
Jasmine : Vous avez toujours été réglo avec moi.
Antonio : Appel moi dès que ta quelque chose.
Jasmine : D'accord.
Antonio : Ça urge tu comprends ?
Jasmine : Oui, oui j'ai compris. Ça va vous êtes sûr ?
Antonio : C'est Ernesto, mon fils de 8 ans a disparu et il est mêlé à ça. Tu vois ? C'est important.
Jasmine : Oh non... J'suis vraiment désolée. Écoutez je vous jure que je vais me renseigner.
Antonio : Merci Jasmine.
Jasmine : Eh... En faite mon vrai nom c'est Victoria.
Antonio : Huum... Je sais.

Lieux de repérages.

Jay : Bon, on mettra des tireurs là, et là. Et deux de plus derrière ses fenêtres.
Erin : Ouais, c'est ça.
Jay : Qu'est-ce qui a ?
Erin : Tu connais le pourcentage d’enlèvement qui se termine bien ? Moins de 1%.
Jay : C'est qu'une statistique.
Erin : Hum.
Jay : J'ai une question à te poser.
Erin : Vas-y
Jay : J'ai vu ton dossier, classé dans les indics de Voight. C'est lui qui t'a fait décroché ?
Erin : Ça n'a pas été nécessaire!J'étais volontaire parce qu'il ma sauvé la vie !

Dans le bureau de Voight.

Jin : Toc Toc
Voight : Ouais ?
Jin : Boss ? Un appel en attente sur la 2, Erica Gradishar.
Voight : Je l'a rappellerai.
Jin : Elle dit que c'est important.
Voight : J'la rappellerai !
Jin : Ah... Ouais.

Devant le district.

Jasmine : Salut, j'avais pas envie d'entrer, désolée.
Antonio : Pas de souci.
Jasmine : Voila j'ai posé des questions au sujet d'Ernesto j'ai appris que des filles sont allées le voir lui et d'autres Colombiens au Polk Hôtel sur West Adams
Antonio : Merci, merci du fond du cœur !
Jasmine : Antonio, j'espère que ça finira bien.

Dans le bureau de Voight.

Antonio : Le Polk Hôtel sur West Adams.

Dans l’hôtel.

Antonio : Eh ! C'est quoi son numéro de chambre ?
Homme : 408.

Dans la chambre d'hôtel.

Antonio : Ils l'ont emmené là.

Dans la rue.

Antonio : OU EST MON GARÇON ?  
Voight : Tire toi de là ! Barre-toi ! Il sait où il est. Fais ce que ta à faire. Vas-y.
Antonio : Putain dit le ! Où est mon fils ?
Ernesto : Abogado !
Antonio : Non ! Non y a pas d'avocat ici Ernesto !
Voight : Ta environ 3 minutes avant que cette allée soit pleine de flics en uniforme, alors fais ce que ta as faire !
Antonio : Je commence par celui-là !
Voight : Qu'est-ce que t'attends ? Allez! Fais-le !
Antonio : Parle ! Parle !

Dans une salle d’interrogatoire.

Antonio : Deuxième chance Ernesto. Tu risques la perpétuité, mais nous on dira que Pulpo est venu te voir, qu'il t'a menacé et qu'il t'a forcé à devenir complice!   
Ernesto : Abogado.
Antonio : Non ! NON ! MAINTENANT ON VA PARLER DE MON FILS ! DIEGO ! IL A 8 ANS ! DANS MON PAYS personne touche aux enfants !
Ernesto : Abogado.

Dans la salle d'écoute.

Jay : Entre nous, j'suis content de pas avoir été à la place d'Antonio là-bas. Et toi ?
Erin : Moi c'est le contraire, parce que je sais exactement ce que j'aurai fait.

Dans une cellule.

Antonio : Je viens parler de l'échange, toi contre Diego.
Pulpo : Ah oui ? Les choses sont plus dures que prévues, hum ? J'ai besoin d'un avion privé pour Bogotá, pour commencer.
Antonio : Ça, c'est pas possible.
Pulpo : Ça c'est qu'un début Tonio.
Belden : Besoin d'aide ?
Antonio : Ça va, merci lieutenant. Si vous permettez...
Belden : Justement, non...
Pulpo : On dirait qu'il va falloir accordé vos violons.

Belden : J'ai bien conscience de ce que vous vivez et je compatis mais mon unité soupçonne ce type de multiples meurtres vous l'avez déjà laissé s'en sortir, je pense que vous n'êtes pas dans un bon état d'esprit pour gérer ça !   

À l'étage des Renseignement.

Burgess : Il est là-bas.
Éva : Papa...
Antonio : Salut ma puce.
Gabriela : Salut. Ça va tu tiens le coup ?
Antonio : Je sais pas, je me pose pas la question. Qu'est-ce que vous faites là ?
Éva : On peut plus rester là à attendre, c'est insupportable...
Laura : Qu'est-ce qui se passe ? Tu as du nouveau ?
Antonio : Emmener Éva et Gabriela dans un endroit confortable et occupez-vous d'elles d'accord ?
Burgess : Oui d'accord.

Antonio : Je vais t'expliquer.

Dans la salle des témoins.

Atwater : C'est pour vous.
Éva : Merci mais je peux rien avaler là.
Gabriela : Vous avez des infos ?
Burgess : On peut rien dire. Sauf que toute la police de Chicago est sur les dents.
Éva : La dernière chose que j'ai dites à Diego c'est qu'il me tapait sur les nerfs...
Atwater : Qu'est-ce qui faisait ?
Éva : Beh... Il me tirait dessus des balles lasers avec un faux pistolet.
Atwater : On va le retrouver. Et il t’embêtera encore pendant des années... J'te le promets.
Éva : Oui... J'espère.

Dans les vestiaires.


Antonio : Voight a d'autres méthodes pour faire les choses.
Laura : C'est pas ta méthode.
Antonio : Non.
Laura : Il sait comment s'y prendre ?
Antonio : Il a certaines techniques assez efficaces.
Laura : En tant que femme, j'ai un amour immense pour le mari que tu es, tu es le père que je souhaitais à mes enfants, Éva et Diego nous le prouvent... tous les jours... Mais en tant que mère... fais ce qu'il faut pour ramener notre fils chez nous...  

Dans le bureau de Voight.

Antonio : On le fait à ta manière !

Dans la cage.

Voight : Ta un sérieux problème, tu sais ?
Ernesto : Abogado.
Voight : No comprende abogado, ici désolé vieux.
Voight : Oh, oh. Eh oui.
Ernesto : Espera. Attends... Attends ! Attendez !
Voight : Oh, alors tu parles pas qu'Espagnol ?
Ernesto : J'ai rien fais, j'ai rien fais !
Voight : Non non non non... C'est trop tard. Tu sais ? Il était sélectionné en boxe pour les Jeux Olympiques.
Ernesto : Je lui ai fait aucun mal... Pité... Non … Non ! Non !
Voight : Ouuuais tu vas déguster ! Crois-moi !
Ernesto : Non ! Non ! Noon !
Antonio : Ma coéquipière est morte à cause de toi...
Ernesto : Non !
Antonio : … est maintenant mon fils !
Ernesto : Écoutez je vous en prie pitié ! Il s'appelle Matéo ! Il s'appelle Matéo ! Pitié pitié ! J'ai son numéro de portable. Pitié pitié ! Nooon ! Je vous en prie... Matéo à votre petit garçon ! Pitié pitié !

Au sous-sol.

Voix espagnole.

Erin : Il va s'enfuir. Il dit rien sur Diego.
Jin : Le portable a reçu son dernier signal de la tour West Adams. Je fais une triangulation avec le City Center.
Voight : On déploie des hommes sur tous les axes principaux qui mènent en dehors de la ville. Midway, O'Hare, ça inclut les autoroutes urbaines.
Jin : Il est à Union Station.

À la gare Union Station.

Voight : Tout le monde au niveau inférieur.

Antonio : Tout le monde se déploie. Il peut pas être loin.

Garçon : Papa !
Homme : Félix...
Garçon : Papa !
Femme : Ma chérie ça va ?

Devant la gare.

Erin : Je vois notre homme. Il monte dans le bus pour Indianapolis.
Voight : Attends nous on arrive.
Erin : D'accord.

Dans le bus.

Matéo : Si tu cries, je te tue ! Et après, j'irai chez toi et tuerai tes parents. Comprende ?

Dans la gare.

Voight : Lindsay les surveille, ils sont monté dans le bus qui va à Indianapolis, Diego n'est pas blessé.
Antonio : Police, où est le bureau du directeur ?

Dans le bureau du directeur.

Jay : Combien de passagers ?
Clint : Ils sont 25 plus le chauffeur.
Antonio : Vous pouvez le contacter ?
Clint : Talia Cook, oui j'ai son numéro de portable.
Voight : Es-ce qu'elle a du sang-froid ?
Clint : Je sais pas, elle est chez nous que depuis 1 an.
Antonio : Donnez-moi le numéro.

Dans le bus.

Talia : Ouais ? Ici Talia.
Clint : Talia ici c'est Clint, au QG de la compagnie.
Talia : J'ai un lieutenant de police à bord.
Clint : Je sais, un lieutenant de police ici veut te dire un mot.
Antonio : Salut Talia, je m'appelle Antonio, écoutez il va falloir que vous prétendiez avoir une panne et que vous annonciez l'arrivée d'un deuxième bus qui prendra le relais. Vous avez déjà eu une panne de moteur ?
Talia : Une fois. Y a eu beaucoup de fumée et du coup j'ai coupé le moteur.
Antonio : Ok, bien, dites-vous que c'est pareil sans la fumée.
Talia : J'ai repéré votre type.
Antonio : Très bien. Il va falloir assurer. Donnez des coups de frein plusieurs fois, garez-vous sur le bas-côté, on fera le reste. Vous vous sentez d'attaque ?
Talia : Oui m'sieur. Vous voulez que je le fasse maintenant ?
Antonio : Laissez nous 10 minutes.
Talia : Oui m'sieur.

Message de Voight à Erin : 10 min.

Devant la gare.

Homme : La compagnie a mis un bus à votre disposition.
Alvin : Ok, bien.

Dans le bus.

Talia : On dirait qu'on a un problème de moteur messieurs dames, je vais me garer et jeter un coup d’œil.

Dans la voiture de Voight.

Voight : Ça y est, c'est lui.

Dans le bus.

Talia : J'ai déjà prévenu, on n'envoie un autre bus pour vous récupérer, il sera là dans 1 minute ou 2, vous inquiétez pas. Mesdames messieurs, le bus de secours vient d'arriver, nos excuses pour le désagrément.

Alvin : Bonsoir tout le monde, on est désolé pour le retard mais on a un véhicule flambant neuf qui va vous conduire à destination. Maintenant, ce que je vais vous demandez c'est de descendre du bus et de reprendre vos bagages et d’embarquer à bord du second véhicule et tout ça dans l'ordre et la bonne humeur. Je peux compter sur vous ? Merci.

En dehors du bus.

Jay : Allez, lèves-toi.
Voight : Tu peux l'avoir ?
Jay : Négatif.

Dans le bus.
 
Homme : C'est pas de bol quand même.
Homme 2 : Espérons qu'on n'aura pas trop de retard.

Erin : Bonsoir
Talia : Bonsoir
Erin : Alors, c'était quoi cette panne ? C'est grave ? Ça fait peur.
Talia : Non le moteur...
Erin : Vous êtes sur qui aura plus de problèmes ? Parce que j'ai une correspondance, je voudrais pas la rater.
Talia : Oui oui rassurez-vous. C'est prévu.
Erin : Ah bon ? Et le deuxième bus va attendre ?
Talia : Oui oui il va attendre...
Erin : Écoutez je dois rentrer chez moi...

Matéo : Policia !
Erin : Pose ton flingue !

En dehors du bus.

Antonio : DIEGO !

Dans le bus.

Erin : Jette ton flingue !
Matéo : Je vous jure que je vais le tuer !
Erin : Baisse ton flingue !

En dehors du bus.


Voight : Es-ce que tu peux l'avoir ?
Jay : La ligne de tir est pas dégagée !

Dans le bus.

Erin : Jette ton arme !
Matéo : Pas question !
Erin : Jette moi ce flingue !
Matéo :  Tirez ! Allez tirer ! Tirez ! Vous comptez tirer ? Non je n'y crois pas une seconde.

Radio (Adam) : Lindsay accroches-toi ça va secouer !

Erin : C'est bon je te tiens, baisses-toi ! Antonio je l'ai ! J'ai Diego ! Je l'ai ! Il n'a rien !
Antonio : Diego !
Diego : Papa ! Papa !
Antonio : Viens mon fils ! T'est tellement grand ! T'est tellement grand mon fils ! Tellement grand...

En dehors du bus.

Voight : Ta réagit comme il fallait.
Erin : Hum, hum.
Voight : Met les mains dans tes poches. Ça va passer.

Dans une voiture de police.

Antonio : Tout vas bien. C'est fini.
Atwater : On s'excuse pour l'odeur.
Antonio : J'avais pas remarquer !

Chez les Dawson.

Laura : Diego ? Diego ! Oh mon dieu !
Diego : Maman !
Laura : Oh mon dieu !
Éva : J'avais tellement peur de plus te revoir...

Chez Adam.

Adam : Salut.
Wendy : Tu rentres super tard.
Adam : Tu devrais être couché.
Wendy : Ouais, mais je t'attendais. Je t'ai envoyé un texto.
Adam : Un texto ? Excuse-moi, j'ai dû le mettre en vibreur.
Wendy : Ta l'air crevé.
Adam : J'ai l'air crevé ?
Wendy : Hum.
Adam : Et toi t'est super belle.
Wendy : Et ta journée ?
Adam : Euh... Ils ont de nouveaux ordis au poste, ils veulent qu'on transfère tous les dossiers des affaires.
Wendy : Quelle galère ! Ça doit te rendre dingue. Ils t'enverront sur le terrain soit patient. Tu veut manger quelque chose ?
Adam : J'veux bien.
Wendy : J'ai des pâtes, je les réchauffe ?
Adam : Merci.
Wendy : Tu te souviens de Jim Cafferty ?
Adam : Non.
Wendy : Tu la rencontrais une fois quand on était au Frontera Grill. Bref, il veut mettre en épave le bateau que sa mère avait acheté l'été dernier. Il est venu au bureau et il a fallu lui dire que la seule façon de faire ça serait déjà de...

Au district.

Burgess : Salut, on s'est arrêtés pour déjeuner et on a pensé à vous.
Platt : Qu'est-ce que c'est ? Oh non j'hallucine ! Ça vient de chez Doug's ? Chez eux y a toujours une heure de queue !
Burgess : Ahah on s'en est aperçu !
Platt : Le Elvis, ooh sérieux les enfants c'est pour moi ça ? Fallait pas, c'était pas la peine ! Eh ils étaient pas obligés ! Ils étaient pas... Bon beh alors j'y vais.
Atwater : Allez-y.
Platt : Huuum... Huuum... J'vais vous dire.
Burgess : Quoi ?
Platt : Vous méritez de changer de véhicule de patrouille. Tenez, voilà les clés de la 651, elles sont à vous !
Atwater : Merci bien chef.
Burgess : C'est sympa de votre part merci !
Platt : De rien ma cocotte !

Policier : Avance !

Chef Perry : Voila une vision agréable !
Voight : Oui monsieur. Commandant ?

Dans un bureau

Voight : Très bien ! Vous m'avez dit qu'il faudrait que j'apprenne à manier la politique si je voulais ce job aux Renseignements, eh bien ça y est j'ai compris la leçon ! Et je vous dis c'est Belden ou moi, si vous comptez m’enchaîner à ce type je préfère encore retourner moisir en taule !

À l'hommage de Julie puis dans le sous-sol.

Voight : On m'a donné le feu vert pour diriger les Renseignements à ma manière ! Sans interférences, c'est notre unité maintenant ! Si vous agissez à ma manière, à notre manière, vous saurez en enlevant votre plaque le soir que vous avez fait votre devoir. Le collègue qui se tient à côté de vous, c'est votre famille et pour moi, rien ne compte plus que l'unité. Si vous êtes partant, je vous garde avec moi !

Dans Chicago.

Erica : Ca fait plus d'une demi-heure que je poirote !
Voight : Qu'est-ce qui vous a pris d'appeler mon commandant ?
Erica : Je ne reviendrai pas sur la façon dont vous êtes sorti de prison, le témoin clé retrouvé mort, c'est bien ça ?
Voight : C'est à peu près ça.
Erica : En revanche, je sais pourquoi et comment on vous a réintégré, vous êtes censé être une taupe, un informateur pour les affaires internes dans les grosses filières criminelles, on n'a pas eu un tuyau jusque là bordel !
Voight : 5000 dollars, cadeau de Maurice Owens. Je vais m'occuper de lui bientôt.
Erica : Eh ! N'essayez plus de m'enfumer avec des «bientôt », vous bossez pour moi Hank ! Vous bossez pour moi !! Est-ce que c'est clair ?
Voight : Je bosse pour Chicago, est-ce que c'est clair ? Chicago ! Regardez ça ! J'me souviens quand j'étais à l'école élémentaire, l'instit nous avez lu une histoire écrite par un petit auteur arrogant d'un autre époque, il devait être anglais ou j'sais pas quoi et il se moquait de cette ville après l'avoir visité ! Vous savez ce qu'il en disait ? Il disait que c'était une ville habitée par des sauvages ! On bouge quand je dis qu'on bouge !

 

In the street.

Officer: Mitchell, let him in, let him in.

In the dinner

Dawson: Laura!

Laura: Antonio... Antonio! Oh, god. He's got to be so scared.

Dawson: I will get him back.

Laura: I know you will. You have to.

Dawson: What do we know?

Voight: There's no cameras in the alley. We're checking the streets on both sides for ATM video.

Dawson: Neighbours?

Voight: One lady gave us a white van, but no license, no driver description, nothing. Detectives are rolling, squads are canvassing the area and knocking on doors, checking for cameras. Someone's on the pods right now.

Dawson: We have security cameras out front, but nothing in the alley.

Voight: I know.

Man: Para laura, para laura! Sir--

Voight : Let him in. Let him in!

Dawson: "Pulpo free by midnight, or your son dies."

Laura: Uh--

In jail

Dawson : Where is my son ?

Pulpo: Uh, I know he's not here. Beyond that--

Dawson: I don't think you want me to ask you again.

Pulpo: Ah, si, si, si, si. I heard about this type of thing back in Bogotá. Yeah. Your son was kidnapped, yes? Yes. Yeah, I read that many times. Many, many times. If the kidnappers were given what they wanted, then the wife or son was returned, not a single scratch on their faces. Maybe you should give 'em what they want, Antonio, whatever that may be. If you want to see Diego again, that is.

Willhites’s house.

Emmy: Hi, Erin.

Lindsay: Emmy, Liam. Hey, guys. Is your dad home?

Emmy: Hey, dad! Erin's here!

Alec: Yeah?

Lindsay: Alec? Um--

Alec: Hey, you guys want to go inside?

Emmy: Okay, yeah.

Liam: Okay.

Emmy: Bye, Erin.

Liam: Bye!

Lindsay: Jules...

Alec: Uh—

Lindsay: I’m sorry.

Intelligence’s office

Voight: They took Antonio’s son. And they took my own, as far as I'm concerned. Nothing else matters till we get Diego back. Nothing.

Halstead: Sarge... So this all started and both did essentially the same job for Pulpo, Mid-level distribution, right? So we know Pulpo's cleaning house. And what do you do when you get rid of old furniture? You got to bring in something new. This guy stood out. It's Ernesto Milpas. He was running 15 corners between 22nd and Kedzie.

Dawson: Yeah, yeah, yeah, I was on that bust with Jules.

Halstead: He was released last year.

Dawson: He was a climber.

Lindsay: Maybe he's looking to get promoted.

Halstead: He's the best of a lot of bad options.

Voight: What do we have on him now?

Halstead: P.O.'s got an address that's a year old.

Locker’s room

Ruzek: Olinsky, Olinsky!

Olinsky: Yeah?

Ruzek: Hey. Hey, let's go, man. I'm ready to nail this son of a bitch.

Olinsky: First we gotta get dressed.

Ruzek: You can just pick one.

Olinsky: All right, now, our job on this one is to put early eyes on the place and then provide backup as well.

Ruzek: Roger that.

Olinsky: Fiancee?

Ruzek: Yeah.

Olinsky: Have you talked to her?

Ruzek: No, not yet.

Olinsky: She still doesn't know what you do?

Ruzek: When's the last time you brushed your teeth?

Olinsky: I'm supposed to be homeless, man.

Ruzek: That's not a good excuse.

Platt’s office.

Platt: Okay, you guys have 118.

Officer: Thanks, Sarge.

Platt: Atwater and Burgess, car number 452.

Officer: 452?

Burgess: What?

 

Voight: You two with us today.

Burgess: Yes, sir.

Voight: Come on.

 

Perry: Dawson. Look, whatever you need, you have my support.

Dawson: Thank you, sir.

Perry: Let's talk.

 

Perry: All right, look, what's going on?

Belden: He basically accused me of getting Willhite killed in front of the entire district.

Voight: No.

Belden: You're on the wrong side of the bars right now, Voight.

Voight: Yeah, what does that say about your police skills if they gave me the job you wanted?

Perry: Quite enough. Belden, go take a walk… Hank, I hope this don't shock you, but there's some people who think you don't deserve to be back on this job.

Voight: Yeah.

Perry: Well, so far, you got a dead cop and an abducted kid as a legacy. This is gonna be a real short stint if you don't turn things around.

On the parking

Burgess: 452?

Atwater: Yep.

Burgess: Okay.

In the car

Atwater: Oh, god. What--

Burgess: Oh, no. What did you do to Platt?

Atwater: I didn't do nothing to Platt. What did you do to Platt?

Burgess: You must have done something.

Atwater: Burgess, I'm gonna tell you this right now. Don't walk down a road you can't come back from.

Burgess: Okay, fine. I called her a house mouse.

Atwater: You didn't.

Burgess: She ran me all over creation for this gaudy ring of her cousin's, and then she-- I'm sorry. Sometimes my temper can hinder my ability to communicate.

In Lindsay’s car

Lindsay: I don't know how Antonio’s handling all this. If I had a kid snatched up, I would be incoherent… I used to think that cops under Voight were invincible, and then Jules died. I was holding her hand. As a soldier, how did you deal with it?

Halstead: Generally... Take it out on those who didn't deserve it.

Voight’s car

Dawson: Come on. Come on, come on, come on.

Outside the factory

Ruzek Jeez. What are you, a ninja? You gotta make some noise or something, man.

Olinsky: Anything?

Ruzek: No.

Olinsky: Money.

Ruzek: You kidding me? All right, all I got is a 20. I want that back later.

Olinsky: She'll think you're having an affair.

Ruzek: Nah. I told her they pulled me out of the academy to do paperwork in the ivory tower.

Olinsky: Ah, that's original.

Ruzek: I don't want her to worry.

Olinsky: End it now, kid. Avoid a lifetime of misery and despair.

Ruzek: Go find another garbage can, huh?

Voight’s car

Dawson: That's him.

Voight: There's our boy.

 

Voight: What the hell is Ruzek doing?

Outside the Factory

Ruzek: Freeze

Voight’s car

Voight: Everybody, go, go!

Outside the Factory

Ruzek: Damn it, freeze!

In the factory

Lindsay: Suspect is on foot out the southwest side of the warehouse.

Outside the Factory

Olinsky: Coming out! He's in the wind.

 

Voight: Hey. You okay, kid?

Lindsay: Yeah, I'm fine. I'm an idiot, but I'm fine.

Voight: Hey, it wasn't your fault. Trust me.

Dawson: No sign of Diego that he was ever here. We had him! What the hell was that?

Ruzek: Hey, I made a move.

Voight: Take it easy.

Dawson: A stupid one!

Voight: Take it easy, take it easy.

Dawson: Let's not forget who let herself get jumped!

Lindsay: Hey, I--

Burgess: Detective Dawson, this is Burgess. You're gonna want to see this.

Voight: Let's go. Come on.

In the factory

Dawson: Tell me you have something.

Lindsay: Scream, and we cut out your tongue.

On the video

Diego: Daddy. They say they're gonna kill me, daddy.

Halstead: Check out the paneled wall. That's not here.

Voight’s office

Voight: Maybe some others came in with Pulpo we can run down.

Dawson: I know this goes against everything we stand for. We should consider making the deal. Give them Pulpo for Diego.

Voight: Antonio.

Dawson: He's my son, Voight. Let's make the trade.

Voight: Trades don't work out, bro. No one above would okay it.

Dawson: Tell me which one of those excuses I'm supposed to believe.

Voight: We still have time.

Archives

Voight: All right, go through these one by one. See if anyone crosses with Pulpo or Ernesto. These are mine.

Jin: Okay, look, remember, the red-tabbed files are the cis that have been paid out, okay? And you--hey, no. No, no, no, no. You gotta keep it separate, or you're gonna get it confused with the other ones, and you--

Voight: Jin!

Jin: I told you--

Voight: Jin. What you got so far on the video?

Jin: Okay. It was recorded last night. There are some other voices in the distance on the audio track, so there's reason to believe back room of a bar, maybe a motel. It's really not much to go on, though.

 

Voight: Thanks… Halstead, Lindsay, come here a sec. In case we're gonna consider a trade, I want you to check out these locations. Sight lines, sniper spots, the works.

Halstead: Are you considering negotiating?

Voight: Just check it out.

Halstead: Okay.

 

Olinsky: Hey, Voight.

Voight: Hmm?

Olinsky: I was wrong with Ruzek.

Voight: Yeah, he certainly ain't his father's son.

Olinsky: Yeah, it was a gut call. I was wrong, so I'm gonna send him back to the academy.

Voight: Your gut's always been smarter than you, Alvin.

 

Ruzek: You need more? Here. Hey, listen. Antonio, I want to apologize.

Dawson: Save it for when we get Diego back.

Ruzek: Sure. So what's your secret, man?

Dawson: To?

Ruzek: Keeping so many CIs.

Dawson: Never make them testify, and you never lie to them.

Olinsky: Sometimes you gotta be willing to toss a case to protect an informant.

Ruzek: Hmm?

Dawson: 'Cause sometimes when you really need someone, they're still there for you.

Subway

Jasmine: Detective Dawson, surprised to see your text.

Dawson: Hey, thanks for hitting me back.

Jasmine: Hey, what's wrong?

Dawson: The usual. Listen. You remember Ernesto? He was caught up in the net when we busted you were working there.

Jasmine: Yeah, I remember him. Curly-haired brunettes. That was his thing.

Dawson: Yeah, well, he's back on the street. I need to know if he's ordered any girls but what Jasmine: I really want to know is where he might be flopping. I can call around.

Dawson: Would you?

Jasmine: Yeah. Um... Can you, you know--

Dawson: Yeah, yeah.

Jasmine: You always played it straight with me.

Dawson: Call me if you get anything.

Jasmine: Sure.

Dawson: I need it fast.

Jasmine: Okay, okay, I got it. Hey, you okay?

Dawson: This Ernesto-- My eight-year-old son is missing, and he's involved. So it's important.

Jasmine: My god, I'm so sorry. Hey, listen, I will call around.

Dawson: Thank you, Jasmine.

Jasmine: Hey. My real name's Victoria, by the way.

Dawson: Hmm. I know.

Factory

Halstead: All right, put snipers there and there. And two more snipers in the windows there.

Lindsay: Yeah, okay.

Halstead: What is it?

Lindsay: Do you know what percentage of kidnappings end in a successful swap? Less than 1%.

Halstead: It's just a contingency.

Lindsay: Hmm.

Halstead: I gotta ask you something.

Lindsay: Go ahead.

Halstead: I saw your file as one of Voight's CIs. Did he turn you out?

Lindsay: He didn't have to turn me out. I volunteered because he saved my life.

Voight’s office

Voight: Yeah.

Jin: Hey, you've got a call holding on line two. An Erica Gradishar?

Voight: I'll call her back.

Jin: She said it's pretty important.

Voight: I'll call her back.

Jin: Yeah.

Intelligence’s office

Dawson: Hey.

Outside the 21

Dawson: Hey, sorry.

Jasmine: I didn't want to go in there.

Dawson: No matter.

Jasmine: Okay, so I asked around about Ernesto, and a few girls visited him and some other Colombians at the Polk Hotel on west Adams..

Dawson: Thank you. Thank you so much.

Jasmine: Antonio, I hope this turns out okay.

Voight’s office

Dawson: Polk Hotel on West Adams.

Polk Hotel

Dawson: Hey. Where's this guy's room?

Bedroom

Dawson: He was here.

Chase

In the street

Dawson: Where's my son?

Voight: Get outta here. Run! He knows, Antonio. Do what you gotta do. Do it.

Dawson: Where the hell is my son?

Ernesto: Abogado.

Dawson: No, ain't no lawyers around here, ese.

Voight: Till this alley's full of uniforms. Do what you gotta do.

Dawson: I'll start with an eye.

Voight: Cut his eye out! Do it!

Dawson: Come on! Come on!

Interview room

Dawson: Second time, Ernesto. You're looking at life. But we can say that Pulpo came in, threatened you, and forced you to help them out.

Ernesto: Abogado.

Dawson: No, no! We're gonna talk about my son! Diego! Eight years old! Where I'm from, that's off-limits.

Ernesto: Abogado.

Outside the interview room

Halstead: I don't know. I'm glad I wasn't Antonio back there. You?

Lindsay: Oh, I wish I was, 'cause I know exactly what I would have done.

Jail

Dawson: I want to talk about the trade, you for Diego.

Pulpo: Oh, yeah? Things aren't going too well, hmm? I'm gonna need a private plane to Bogotá, to start.

Dawson: That's impossible.

Pulpo: That's just to start.

Belden: Help you, detective?

Dawson: I'm fine, thanks, lieutenant. If you don't mind...

Belden: I do mind.

Pulpo: Sounds like you guys need to get your ducks in a row.

Belden: I appreciate what you're going through, Antonio. I mean that, but violent crimes has multiple murders on this guy. I just don't think you're in the right head space for this.

Intelligence’s office

Burgess: He's in here.

Eva: Dad.

Dawson: Hey, baby.

Gaby: Hey. How you holding up?

Dawson: Not even thinking about that right now. What are you guys doing here?

Eva: We couldn't sit at home another minute.

Laura: What's happening? What do you know?

Dawson: Can you guys take Eva and Gabriella somewhere comfortable, get them whatever they need?

Burgess: You got it.

Dawson: Let's talk.

Saloon

Atwater: Here you go.

Eva: Thanks, but I'm not hungry, really.

Gaby: What have you guys heard?

Burgess: Nothing we can say, other than the whole CPD is doing everything it can.

Eva: The last thing I told Diego was that he was annoying.

Atwater: What was he doing?

Eva: Shooting laser bullets at me with a Lego gun.

Atwater: We'll find him, and he's gonna annoy you for years to come. I promise.

Eva: Yeah, I hope so.

Locker room

Dawson: Voight's got a different way of doing things.

Laura: Not your way.

Dawson: No.

Laura: But he's got some ideas?

Dawson: He has some techniques. They might help.

Laura: As your wife, I love the man that you are. You are the father I expect you to be. Eva and Diego see that every day. But as a mother... Do whatever it takes to bring our son home.

Voight’s office

Dawson: Let's do it your way.

Cage

Voight: You got a big problema, ese.

Ernesto: Abogado.

Voight: No comprende abogado down here, bro.

Ernesto: Uh-oh.

Voight: Yeah.

Ernesto: Wait !

Voight: Oh, you speak English after all.

Ernesto: No, I-I didn't do anything.

Voight: No, no, no, no, no. It's too late. You know Antonio was gonna fight in the Olympics.

Ernesto: I didn't hurt him. Please, no. No, no.

Voight: Oh, yeah! He's still got a hell of a right.

Ernesto: Aah, no, no, no, no!

Dawson: My partner is dead because of you, and now my son.

Ernesto: Wait, wait! Please. His name is Mateo. His name is Mateo. Please, please! I have his cell number, please. Please, no! Please. Mateo has your young son. Please, please.

Jin’s office

Lindsay: He's running. Nothing about Diego.

Jin: I've pinged his cell to the west Adams tower, triangulating with the city center.

Voight: To all major transportation routes out of the city-- Midway, O'Hare, I'm including all expressways.

Jin: He's at Union Station.

Union Station

Voight: Everybody, hit the floor.

 

Dawson: Everyone, fan out. He's gotta be here somewhere.

 

Boy: Papa, papa!

Old man: Luis!

Boy: Papa!

Search

Lindsay: I see him. Boarding a bus for Indianapolis.

Voight: Wait for us.

Lindsay: Okay.

Voice: Mid-America bus number 949 is now boarding for Indianapolis. Mid-America bus number 949 is now boarding for Indianapolis.

On the bus

Mateo: You scream, I'll kill you. Then I'll go to your house and kill your parents. Comprende?

Union Station

Voight: They're on a bus headed to Indianapolis. Diego is unharmed.

Dawson: CPD. Where's the manager's office?

Meeting Room

Halstead: How many on the bus?

Clint: 25 plus the driver.

Dawson: Can you contact the driver?

Clint: Talia Cook. Yeah, I got her cell phone number.

Voight: Can she handle herself?

Clint: I don't know. Only been with us a year.

Dawson: Give me the number.

On the bus

Talia: This is Talia.

 

Clint: Talia, this is Clint in the manager's office.

 

Talia: I got a cop on this bus.

 

Clint: I know. CPD here wants to talk to you.

Dawson: Hey, Talia. My name's Antonio. Listen, we're gonna need you to pretend there's some engine trouble and announce that a second bus is coming behind you to take over. You ever have engine trouble before?

 

Talia: There was a whole lot of smoke, and the engine conked out.

 

Dawson: All right, well, it's just like that minus the smoke.

 

Talia: I think I see him.

 

Dawson: All right, you gotta play it cool. Just tap your brakes a few times and pull over. We'll do the rest. Can you do that, Talia?

 

Talia: Yes, sir. You want me to do it now?

 

Dawson: Just give us ten minutes.

 

Talia: Yes, sir.

On the bus

Talia: You gotta push it all the way over here to the right. Looks like we're having engine trouble, folks. I'm gonna pull the bus over and take a look.

On the road

Voight: There it is.

On the bus

Talia: I've already called another bus to take you on your way, So it should be here in a minute or two. Don't worry.

 

Talia: Here comes the backup bus now, folks. Apologies for any inconvenience.

 

Olinsky: All right, we're real sorry for the delay, folks, but we've got a tried and true new rig out here that'll get you where you're going right away. Now, what I need from all of you is to disembark, grab your luggage, and head on over to the next bus in an orderly fashion. Can you do that for me? Thank you.

On a roof

Halstead: Get up.

Voight: Do you have the shot?

Halstead: Negative.

On the bus

Lindsay: Hey.

Talia: Hey.

Lindsay: So what happened with the engine? Pretty scary, huh?

Talia: The engine just--

Lindsay: Is everything gonna be all right back there? We are gonna get where we need to go on time, right?

Talia: Yeah, yeah, yeah. It's gonna be fine.

Lindsay: Okay. 'Cause the second bus is looking... Listen, I got kids at home.

Mateo: Policia.

Lindsay: Drop it!

On a roof

Dawson: Diego!

On the bus

Lindsay: Drop it!

Mateo: I swear I will kill him.

Lindsay: Put it down. Put it down!

On a roof

Voight:

Halstead: I don't think so.

On the bus

Lindsay: Drop the gun.

Mateo: Shoot! Come on, shoot! Come on. I swear I'll kill him. You gonna shoot? Nah, I don't think so.

 

Ruzek: Lindsay, hold on to something.

Crash

Lindsay: Come here, I got you. Get down.

Gunshot

Lindsay: Antonio, I got him! I got Diego, I got him. He's okay. Come here.

Dawson: Come here, come here.

Diego: Daddy!

Dawson: Oh! You were so brave. You were brave, buddy. You were brave.

Outside the bus

Voight: You did the right thing.

Lindsay: Mm-hmm.

Voight: Put your hands in your pockets. It gets easier.

On the road

Dawson: It's okay. You're okay.

Atwater: Sorry about the smell.

Dawson: I don't mind a bit.

Dawsons’s home.

Laura: Diego? Diego. Oh, my god.

Diego: Mom!

Laura: Oh, my god.

Eva: I thought I'd never see you again.

Dawson: I love you guys. I love you so much.

Ruzek’s home

Ruzek: Hey.

Wendy: You're home late. Waiting for you. I tried texting.

Ruzek: You did? I'm sorry. I guess my ringer was off.

Wendy: You look tired.

Ruzek: I look tired?

Wendy: Mm-hmm.

Ruzek: I think you look beautiful.

Wendy: How was work?

Ruzek: Well, district got these new computers. They want us to input case files, and—

Wendy: It must drive you crazy.

Ruzek: Yeah.

Wendy: You'll be out of that office someday. You want something to eat?

Ruzek: Sure.

Wendy: I got some pasta I can heat up.

Ruzek: Great.

Wendy: Do you remember Jim Cafferty?

Ruzek: No.

Wendy: You met him once when we were at Frontera Grill. Anyway, he wants to get a write-off for this boat his mother purchased last fall. So he comes into the office, and I have to tell him that the only way he can do that is if he's using it for business purposes or as a second home, neither of which he's doing, of course. So I couldn't exactly recommend that, but...

Platt’s office

Burgess: Hey. We were out and about and had an extra one of these.

Platt: What's this? Oh, are you kidding? Hot doug's? That line is like an hour.

Burgess: Don't we know?

Platt: The Elvis? Oh, seriously, you guys. This is for me? You didn't have to do that. They didn't have to do this. They didn't. Really? Yes. Okay, then. Mmm. Mmm, mmm. You know what?

Platt: What?

Platt: You guys look like you could use a different squad car. Here are the keys to 651. All yours.

Atwater: Yes, how can we ever thank you?

Platt: Don't mention it.

Burgess: Let's go.

 

Perry: That's a nice sight to see.

Voight: Yes, sir. Commander...

Office

Voight: Ron...You told me I'm gonna have to learn to deal with politics if I want this job in intelligence. Well... This is me dealing with it. It's lieutenant Belden or me. You gonna handcuff me to the likes of him, I may as well be back in my jail cell.

21 back entrance

Voight: I've been given the go-ahead to run intelligence the way I want to run it.

Funerals

Officer: Officers! Attention!

21 back entrance

Voight: No interference. This is our unit now.

Funerals

Officer: Present arms!

21 back entrance

Voight: You do things my way, our way, you'll unclip your badge at night knowing you did right. The police standing next to you are your family. And to me, there's nothing more important. If you're in, stay here with me.

On docks

Gradishar: I have been waiting for 30 minutes.

Voight: What the hell are you doing, going to my commander?

Gradishar: I can't speak to how you got out of prison. Key witness was found dead.

Voight: Is that right?

Gradishar: I am informed, however, in how you got reinstated. You were supposed to be a pipeline for I.A. Into some heavy hitters, but you haven't given us a damn thing.

Voight: 5,000 for Maurice Owens. I'll make a move on him soon.

Gradishar: Hey. Don't jerk me off with "soon." You work for me, Hank. You work for me! Do you understand?

Voight: I work for Chicago. You understand? Chicago. Look at that. I remember when I was in grade school, by some precious little writer from a long time ago. I think he's English or something. And he was bagging on this place after visiting here. Know what he called it? He called it "a city inhabited by savages." We move when I say we move.

Kikavu ?

Au total, 166 membres ont visionné cet épisode ! Ci-dessous les derniers à l'avoir vu...

lecasy74 
01.09.2020 vers 17h

pilato 
15.04.2020 vers 16h

Syom02 
31.12.2019 vers 22h

Mathry02 
07.07.2019 vers 18h

magrenat 
10.04.2019 vers 19h

densi76 
10.04.2019 vers 18h

Derniers commentaires

Avant de poster un commentaire, clique ici pour t'identifier.

Sois le premier à poster un commentaire sur cet épisode !

Contributeurs

Merci aux 4 rédacteurs qui ont contribué à la rédaction de cette fiche épisode

Ne manque pas...

L'équipe HypnoConnect en charge des réseaux sociaux d'Hypnoweb recrute un animateur pour Twitter !
HypnoConnect recrute ! | Plus d'infos

HypnoMag, le magazine d'Hypnoweb, cherche des rédacteurs pour compléter son équipe !
HypnoMag recrute ! | Plus d'infos

Activité récente
Prochaines diffusions
Logo de la chaîne NBC

Chicago Police Department, S08E01 (inédit)
Mercredi 11 novembre à 22:00

Actualités
OneChicago | Un poster de groupe!

OneChicago | Un poster de groupe!
TVLine vient de dévoiler un poster promo en exclusivité sur les séries du OneChicago. On y retrouve...

CPD | La série est disponible sur Amazon Prime Video!

CPD | La série est disponible sur Amazon Prime Video!
Bonne nouvelle pour les fans français!   Les 4 premières saisons de Chicago PD sont disponibles sur...

Nouveau mois dans les forums

Nouveau mois dans les forums
Après un mois de vote sur le thème: photo promo des épisodes 6.13 à 6.17 vous avez choisi la photo 1...

Calendrier du mois!

Calendrier du mois!
C'est un calendrier Chicago PD et Chicago Justice qui vous est proposé pour ce mois-ci! >>Le...

CPD | Une actrice castée en tant que récurrente

CPD | Une actrice castée en tant que récurrente
L'actrice Nicole Ari Parker (Empire) vient d'être castée pour la saison 8 de Chicago PD en tant que...

Newsletter

Les nouveautés des séries et de notre site une fois par mois dans ta boîte mail ?

Inscris-toi maintenant

HypnoRooms

quimper, Avant-hier à 20:58

La PDM vient d'être relancée. Et également un nouveau duel dans Un nouveau aux crimes majeurs. N'hésitez pas à venir

chouchou70, Hier à 11:00

Salut à tous, les Friday night lights Awards continue avec une nouvelle catégorie dévoilée. Vous avez une semaine pour voter

sabby, Hier à 11:10

Hello à tous !! Les Empire HW Awards sont désormais terminés. Vous pouvez d'ors et déjà découvrir tous les résultats sur le quartier

pretty31, Hier à 14:52

Une nouvelle partie de Ciné-Emojis vous attend sur HypnoClap ! Venez deviner le film ou le personnage représenté

mnoandco, Aujourd'hui à 10:58

Dernier jour pour voter au concours wallpapers d'A Discovery of Witches, 1er round Vite, vite, un p'tit clic

Viens chatter !

Change tes préférences pour afficher la barre HypnoChat sur les pages du site